dimanche 19 mars 2017

Mon discours à l'occasion de la commémoration du 19 mars

Mesdames, messieurs,
Nous célébrons aujourd’hui le 55e anniversaire des accords d’Evian qui signés le 18 mars 1962 prenaient effet par un cessez-le feu officiel le 19 mars.
Certains d’entre vous y étaient et en gardent une cicatrice plus ou moins douloureuse, c’est pour cela que nous sommes là aujourd’hui, pour tenter de se souvenir et peut être continuer à faire le deuil de ces souffrances.
Mais beaucoup d’entre nous n’y étaient pas et ont une vague connaissance de ce conflit devenu depuis une guerre, le programme scolaire ne faisant qu’une petite place à cet épisode de notre histoire.
Histoire d’autant plus controversée que cette date choisie par un gouvernement s’y est vue opposer une autre date officielle,  le 5 décembre, par un autre gouvernement. Il est clair que la politique des partis l’a emporté sur la réalité de l’histoire puisque bien que signés ces accords n’ont pas mis fin à la guerre, des combats ont continué durant de longs mois encore sans que jamais réellement une date de fin ne soit constatée unanimement.
Le 3 juillet 1962 l’Algérie proclamait son indépendance officiellement sans doute à ce moment là on aurait pu dire que la guerre devenait une affaire factieuse mais non revendiquée par des Etats puisqu’aucun des deux concernés officiellement n’engageait des troupes d’armée régulière et se contentaient du maintient de l’ordre.
Quoiqu’il en soit à St Pourçain et sans doute nulle part ailleurs nous respectons les idées et convictions de chacun puisque nous célébrons le 19 mars, le 5 décembre et à la demande des anciens combattants de ces évènements nous avons rajouté une commémoration fin septembre de chaque année en souvenir des morts de l’Allier tombés lors des combats, avec l’ampleur que nous lui connaissons.
Personne donc ne pourra taxer la municipalité de parti pris, même si le pouvoir municipal tient à rester maître de la tenue de ces cérémonies par son pouvoir régalien, un courrier récent a été adressé au président du comité d’entente des anciens combattants à cet effet après concertations.
Il faut laisser l’histoire s’écrire par des historiens et tous ceux qui veulent bien s’intéresser au souvenir, en gardant le détachement nécessaire à l’apaisement des consciences.
La rancœur, le parti pris, le communautarisme ne servent qu’à aviver des conflits dont l’actualité nous sert chaque jour ses exactions, ses drames et une folie meurtrière dictée par un sectarisme exacerbé.
Que les commémorations quelles qu’elles soient servent à démontrer par l’expérience et le souvenir qu’aucune guerre, aucun conflit ne fait avancer les civilisations. Elles ne servent qu’à meurtrir ceux prit en otage qui ne cherchent que la paix et la quiétude dans l’immense tâche du progrès social.
Nos convictions ne doivent servir qu’à donner à notre pays une amélioration de ses conditions économiques sans prendre en otage la paix, gardons la maturité pour choisir la meilleure voie qui laisse de côté les extrêmes en tous genre.
La république permet à chacun d’exprimer des idées, que le souvenir des blessures des conflits passés subis par notre pays restent le prétexte de l’essentiel, la cohésion, l’unité nationale et la volonté de construire un monde meilleur pour nos concitoyens et nos enfants.


Je vous remercie.

vendredi 3 mars 2017

Macron ? Lepen? avec quelle majorité??


Je suis très étonné que personne ne parle de la suite après les élections présidentielles. En effet ni Lepen ni Macron ne pourront avoir de majorité au parlement même si ils étaient élus. Qui peut croire qu'avec le scrutin majoritaire en vigueur se déroulant quelques jours après l'élection présidentielle un des deux pourrait obtenir une majorité stable de 289 députés. 
Impossible pour Lepen d'avoir 289 députés et je vois mal, même si dans une vague noire elle obtenait au plus 150 députés, des députés dit "républicains" venir compléter la majorité même ponctuellement.
Pour Macron l'exigence qu'il impose que ses candidats se présentent sous l'étiquette En Marche fera que les sortants pouvant venir des partis en place perdront de fait le soutien de leur partis initiaux et le financement qui va avec, cela va faire réfléchir les députés sortant dans leur engagement surtout qu'ils ne sont pas sûrs de retrouver leurs siège Macron étant l'héritier du gouvernement en place. Outre le fait que faire campagne pour En Marche sans être sûr que Macron soit élu, c'est assurément perdre son siège en cas de défaite de ce dernier. Hormis pour le MODEM prêt à se vendre au plus offrant dans le sens du vent...
Pour les nouveaux candidats En Marche qui peut croire un instant que des gens venus de nulle part, parfaitement inconnus, peut être des élus locaux dont leur notoriété s'arrêterait aux portes de leur collectivité, pourraient porter le nombre de candidats à plus de 200 députés. 
Il faudrait qu'en 1 mois après avoir été élu Macron fasse une majorité de 289 députés issus de son mouvement?? 
 La vraie question pour sortir la France de son marasme économique et de 5 ans de socialisme destructeur est: qui est capable de former une majorité de gouvernement le 18 juin prochain. 
Avec l'un ou l'autre c'est assurément le retour de la 4eme république, les arrangements des partis à chaque loi, chaque amendement, les marchandages, autant dire l'impossibilité de gouverner. Et si tant bien même l'un ou l'autre par ordonnance instituait une dose de proportionnelle avant les élections législatives ou à la veille d'une dissolution, aucune majorité ne pourrait se former dans la future assemblée. 
Je suis très étonné que des gens bien plus intelligents que moi et connaissant bien plus les textes qui régissent notre république n'aient jamais soulevé ce sujet.... C'est sans doute la mode de l'immédiateté, on verra plus tard...

mercredi 22 février 2017

Le produit Macron remplira t'il ses objectifs?


La ficelle est de plus en plus grosse et nous allons vers une spoliation de la prochaine élection présidentielle.
Un groupe d’hommes fortunés et animés d’une pensée supérieure pensent ils, veulent garder le pouvoir et imposer à la France une sociale démocratie malléable à leur main et surtout ne leur faisant pas perdre leurs privilèges.
C’est d’autant plus grave que ces hommes ne prennent pas le risque de se présenter à des élections et préfèrent de loin tirer les ficelles. Ils veulent le pouvoir, ils veulent l’exercer mais par personne interposées. Ils sont absolument opposés à l’extrême droite par conviction religieuse pour certains et ne voient aucun danger dans une gauche radicalisée qui ne peut être élue à leurs yeux.
Ils savent que le pouvoir s’exerce au centre, plutôt gauche mais pourquoi pas droite de temps en temps.
Sur l’échiquier politique de la prochaine élection Fillon ne fait pas leur affaire car il appliquerait une politique de droite qui s’éloigne du centre et Fillon par volonté, a voulu s’affranchir de ces élites qu’il connaît bien par ailleurs, parce qu’il a fait un tour de France et comme Bruno Lemaire a très vite tiré la conclusion que depuis des années le pouvoir a été kidnappé au peuple et particulièrement celui de la France provinciale.
Ce groupe d’hommes ce sont Pierre Bergé, militant de la cause homosexuelle et patron de journaux, Jacques Attali qui a conseillé tous les présidents sans jamais s’abaisser à briguer même une élection locale, Alain Minc même profil que le précédent et tous deux conseillers de milliardaires et membres de conseils d’administration juteux de banques et grosses entreprises, ces deux hommes sont pour une bonne part responsables de la situation actuelle de la France, mais aussi Mathieu Pigasse, Xavier Niel, Vincent Bolloré (aussi ami de Sarkozy…) Arnault, Pinaut etc…etc…
Ce groupe d’hommes  est propriétaire de presque toute la presse qu’elle soit écrite ou audiovisuelle et sont tous très influents dans les différents cercles économiques.
Alors pour exercer leur pouvoir par personne interposée ils ont choisi une marionnette nommée Macron, élève docile du grand capitalisme bancaire et industriel ayant travaillé auprès de ces hommes, promoteur d’une loi toute en concordance avec leur courant de pensée, qui ne s’est jamais fourvoyé dans une élection et qui présente sur tous les points un profil marketing idéal tout en étant très redevable à ces puissants. Le programme n’est pas important, le fond ne compte pas, la France est à la main de ces hommes par la presse et les émissions télévisuelles toutes plus idiotes les unes que les autres, il faut donc un profil d’homme politique en concordance, Macron fait l’affaire, tout est une affaire de marketing.
Fillon pose problème à ces puissants, la presse s’en charge avec quelques affaires en réserve, Lepen idem et puis de toute façon elle ne passe dans aucune situation au deuxième tour des élections, Hammon, Mélanchon ne présentent aucun danger il faut au final mettre en tête de gondole le produit Macron.
Mais il faut en outre bien assimiler que Macron n’a aucun programme qui ne tienne la route et que ce sera la même politique que celle de Hollande puisqu’il a été l’éminence grise de l’actuel président de la république lors de l’élaboration du programme économique avant 2012, son conseiller durant une partie du mandat et pour finir ministre de l’économie.
Nous aurons par conséquent en votant Macron la même politique que celle que les français rejettent actuellement c’est ce qu’ils veulent.
Par contre ce qu’ignorent complètement ces hommes c’est que la France provinciale qui est majoritaire ne réagit pas du tout comme Paris, les primaires tant de droite que de gauche l’ont très bien montré et peut être plus que jamais c’est là que ce jouent les prochaines élections. Aussi car la mobilisation pour voter est tellement plus forte en province qu’en agglomérations.
Et pour la province Macron est l’archétype du bobo des villes, produit par la ville pour la ville sans aucun lien avec la province.
Aussi si Fillon est éliminée du premier tour des prochaines élections le danger est très grand que Marine Lepen soit élue.

Pour ce groupe d’hommes qui jouent et à qui il arrive de perdre depuis 40 ans de vie politique, cette dernière partie pourrait tourner à la catastrophe si le produit Macron ne fait pas l’objectif en matière de vente.

dimanche 15 janvier 2017

St Pourçain Sioule Limagne est née !


St Pourçain Sioule Limagne est née !
Jeudi 12 novembre à minuit la lumière s’éteint enfin dans l’immense salle socio-culturelle de Gannat où vient de se dérouler l’élection du tout premier bureau exécutif de la nouvelle communauté de communes St Pourçain Sioule Limagne remplaçant les trois communautés de communes, celle en Pays St Pourcinois, celle du bassin de Gannat et celle de Sioule Colette et Bouble.
Au terme de 5 heures d’élections par bulletins secrets, ont été élus Véronique Pouzadoux comme présidente et avec elle 15 vice-présidents dont je fais parti.
Il n’y avait pas de surprise à attendre de ce vote car les propositions étaient consensuelles, arrêtées depuis quelques temps en reprenant les élus des anciennes communautés de communes afin d’assurer la continuité dans ce qui va ne pas être forcément simple à faire fonctionner.
L’expérience que j’ai de la fusion des régions Auvergne et Rhône-Alpes me permet de dire que lorsqu’on peut éviter les embuches connues, cela peut grandement faciliter la tâche et nous avons évité celle de la confrontation politique.
Certes les scores des élections sont inégaux reflétant au passage le caractère de chaque candidat à plus ou moins dire ce qu’il pense.
En France c’est comme cela, tout le monde veut le changement, mais personne n’est prêt à l’accepter, encore moins quand celui qui le prône le dit ouvertement et encore moins devant des élus qui trouvent un petit confort dans le conservatisme.
Un élu ne disant rien à l’encontre de la pensée dominante et très discret politiquement, se fera toujours mieux élire qu’une voix forte à rebrousse poil, même si ce dernier a raison dans l’inconscient de tous.
Quoi qu’il en soit c’est désormais tous ensemble que nous devons nous battre pour faire exister cette collectivité rurale, la quatrième en importance dans le département, et c’est mon intention la plus ferme ne serait-ce qu’en créant des liens forts entre elle et la Région.
La loi NOTRe donne désormais des compétences partagées entre la Région et les communautés de communes et je vais tout mettre en œuvre pour faire que ces liens soient utiles aux habitants, tout comme pour les autres communautés de communes dont je suis référent.
La seule difficulté restera la distance entre les différents pôles et si une harmonisation administrative est possible car nécessitant peu de déplacement à l’ère du numérique, il n’en reste pas moins que pour les services de proximité la mutualisation restera difficile.
De même beaucoup de choses dans le fonctionnement pourront être mutualisées, mais la mise en commun de services analogues dans les différents sites sera difficile. Je vois mal par exemple les personnels techniques se promener entre les sites, il faudra trouver des synergies locales.
Nous devons aussi donner une âme politique à cette nouvelle communauté de communes et pour commencer les membres de l’exécutif devons donner l’image d’un groupe soudé, exemplaire dans notre comportement au service de l’ensemble démontrant chaque jour notre seule action pour l’intérêt général au-delà des interets des représentations locales ni personnelles.
Je suis devenu malgré moi expert en fusions de collectivités et j’apporterai mon expérience dans ce domaine afin d’éviter d’éventuelles erreurs déjà expérimentées.

Longue vie à St Pourçain Sioule Limagne. 

samedi 17 décembre 2016

Une vraie politique de droite en faveur de l'emploi c'est possible, la Région Auvergne-Rhône-Alpes le prouve!




Nous avons voté jeudi et vendredi  en assemblée plénière du conseil régional deux actes importants de la vie de notre collectivité.
Le budget tout d’abord et le Schéma Régional de Développement Economique d’Innovation et d’Internalisation (SRDEII)
Outre le président Laurent Wauquiez qui a donné une impulsion forte pour arriver à voter ces deux éléments importants de la politique régionale, deux hommes se sont particulièrement illustrés l’un sur le budget l’autre sur le SRDEII.
Etienne Blanc pour le budget, premier vice-président, qui a su faire en sorte que par une vraie politique de droite tournée entièrement vers l’investissement en contrepartie de la baisse des coûts de fonctionnement, une économie de 75 millions d’Euros a été actée en 2016 et nous avons voté la même économie en 2017. Prouesse s’il en faut sans augmenter les taxes revenant à la Région et alors que l’Etat opère simultanément une baisse des dotations très conséquente de plusieurs millions d’Euros.
Le budget de fonctionnement baisse par des économies faites à tous les niveaux, alors qu’il ne cessait d’augmenter sous l’ancienne majorité de gauche et l’investissement repart à la hausse dans tous les domaines en privilégiant les entreprises locales.
Oui c’est possible d’inverser la tendance et c’est possible sans remettre en question le fonctionnement de la collectivité, il faut juste économiser sur les frais « parasites ».
Un seul exemple qui illustre tout ce qu’il est possible de faire : le logo de la nouvelle région qui sous une majorité de gauche aurait coûté des centaines de milliers d’Euros confiés à une agence de communication n’a pas coûté un seul centime car élaboré en interne.
Autre exemple et qui rejoint le sujet suivant, le SRDEII que toutes les autres régions françaises ont confié à des cabinets spécialisés a été fait pour notre région par les services en interne. Il faut tirer un grand coup de chapeau à ces fonctionnaires dévoués et compétents qui ont économisé par leur travail des dizaines de milliers d’Euros pour déboucher sur un travail remarquable et en un temps record puisque ce sera la première région française à l’élaborer dans les délais les plus courts.
Ce schéma fixe la politique régionale en matière économique pour un mandat et bien au-delà, la contribution de tous les vice-présidents dans tous les domaines a été précieuse.
Martial Saddier tel un globe trotter a visité tous les départements, toutes les chambres consulaires, une centaine d’entreprises petites, moyennes et grandes, tous les conseils départementaux, des centaines d’acteurs économiques et en moins de 9 mois.
Preuve irréfutable de la qualité de ce travail le CESER a voté à l’unanimité en faveur de ce schéma et une très grande majorité des conseillers régionaux l’ont voté, même dans l’opposition et contre l’avis des dirigeants de groupes politiques.
La différence entre la gauche et  la droite est criante en cette fin d’année et le débat budgétaire a montré encore une fois par les amendements déposés par l’opposition n’avait que comme seuls objectifs de rajouter des couches de fonctionnement au budget. Ne faut il pas rappeler à cette ancienne majorité de gauche les millions d’Euros engloutis dans les agences para-régionales sans réels objets ou ceux distribués à toutes les associations proches de l’environnement, des milieux altermondialistes ou militantes de gauche dans le seul but de flatter un électorat facile.
Oui c’est possible de gérer une collectivité dans l’intérêt des citoyens et de la création d’emplois.
Quel plus beau cadeau de fin d’annéeque ce relèvement d’un cran faisant passer de AA- à AA les comptes de la Région par l’agence de notation Standard&Poors. Seule région française à bénéficier des félicitations de l’agence qui estime que le changement de politique peut favoriser la création de 70.000 emplois dans la région.

Juste ces dernières paroles de Laurent Wauquiez en conclusion : « Si l’Etat faisait la même politique budgétaire que notre région, les comptes publics seraient à l’équilibre en 5 ans. »